mai 25, 2024

"L'immeuble de la mort" a eu raison de ses occupants

Le bilan provisoire fait état de 12 morts et 19 blessés. C'est un immeuble de R+4 qui s’est affaissé sur un R+1, dans la nuit de dimanche au quartier qui relie Mobile Guinness à Ndogbong. Depuis 02 heures ce 23 juillet, les sapeurs-pompiers et les gendarmes sont au secours des populations. Des bulldozers dégagent les lieux pour permettre l’évacuation des personnes qui sont encore dans les décombres de cet édifice baptisé « l’immeuble de la mort ».

TRAGÉDIE

Le drame s’est produit ce 23 juillet dans le 5ème arrondissement de Douala.

« Sauvez-moi »

Les voisins disent avoir entendu un bruit pendant quelques secondes et « l’immeuble de la mort » est parti en vrille. « Sauvez-moi, sauvez-moi », « À l’aide, aidez-moi », ce sont les dernières voix qui ont été entendues très tard dans la nuit avant l’arrivée des secours. Une maman nous confie qu’ils ont tenté de faire quelque chose,  mais le courant qui passait était un frein à leur secours. Quelques heures plus tard, Eneo a interrompu le courant dans la zone.  « À peine je sors de la maison, même pas 20 minutes, on m’appelle pour me demander de revenir car notre maison s’est effondrée. Mon petit frère y était, des proches aussi », nous confie en larmes, l’un des rescapés de ce sinistre.

Autour de 01 heure ce matin, les sapeurs-pompiers sont arrivés et ont évacué les premiers corps, dont 12 morts et près d’une vingtaine de blessés évacués également. Plusieurs victimes sont repérées progressivement au lieu des décombres.

« Les causes de cette tragédie ne peuvent être élucidées pour le moment. Des enquêtes seront ouvertes pour les déterminer avec précision. Il est à signaler que le bâtiment R+4 était en état vêtus avant l’effondrement. Pour le moment, il n’y a pas de risque immédiat pour le voisinage.  Concernant les autres parties du bâtiment R+1 effondré, les personnes ont été évacuées. Et s’agissant des personnes sauvées, elles sont réparties entre l’hôpital Laquintinie et celui de Deido », nous informe le Commandant de 20ème Groupement de Sapeurs-pompiers, Kadrey Abdiel. Sur les lieux, une maman a déjà reconnu depuis ce matin 4 corps appartenant à ses proches, parmi eux, de jeunes vacanciers. Certains sont  en colère car interdits d’approcher les cadavres sur place, les sapeurs-pompiers leur demandant de se rendre dans les centres de santé ou à la morgue.

Dans l’immeuble en face du lieu du sinistre, une jeune dame est en larmes. « Seigneur ne me fait pas ça ! Pardon. », depuis ce matin, elle n’a aucune nouvelle du père de son bébé d’à peine 1 an, un gendarme habitant dans l’immeuble au moment de la tragédie. Elle est décontenancée. Une dame présente sur les lieux nous confie  que la mairie avait interdit la construction de cet immeuble car la zone marécageuse est inadaptée pour une construction d’immeuble dans ce lieu.

« Nous voulons que les populations sachent que tout est sous contrôle car toutes les unités militaires et de secours sont là pour se rassurer qu’il n’y ait plus de corps sur le site », a déclaré le Gouverneur de la région du Littoral, Dieudonné Ivaha Diboua, arrivé sur le site quelques heures après la nouvelle.

Voir toutes les publications
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *