mai 20, 2024

Archive google

Le Cameroun fait partie des six pays étudiés par le projet « Adolescent Sexual and Reproductive Health and Rights Exemplars (ASHER) » lancé par « Exemplars in Global Health (EGH) »

GROSSESSES PRÉCOCES

Ce projet contribue à l’identification des politiques et des programmes ayant permis au Cameroun, au Ghana, à l’Inde, au Malawi, au Népal et au Rwanda de réaliser des progrès exemplaires en matière de droits et de santé sexuels et reproductifs des adolescents.

En 2019, plus de 20 millions de grossesses ont été enregistrées chez les adolescentes âgées de 15 à 19 ans dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Le projet ASHER examinera les politiques et les programmes qui ont permis d’obtenir des résultats positifs en matière de réduction des grossesses chez les adolescentes et de promotion des droits et de la santé sexuels et reproductifs des adolescents. Ce travail vise également la mise en évidence des leçons et des meilleures pratiques qui peuvent être appliquées à la fois dans les pays exemplaires et dans d’autres pays confrontés à des défis similaires.

Pour Malachie Manaouda, le ministre  de la Santé publique,  » l’engagement des dirigeants et des experts travaillant dans les domaines de la santé, de l’égalité de genre et de l’éducation est nécessaire pour améliorer la santé sexuelle et reproductive des adolescents ». 

Aller à l’école 

Selon ce dernier, le Cameroun a créé une plateforme réunissant tous les ministères responsables des questions qui touchent les adolescents, afin de s’assurer que ce problème est abordé sous tous les angles. Le Dr Malachie Manaouda relève qu’une politique d’éducation a été adoptée et publiée dans le but d’encourager les jeunes filles enceintes à continuer à aller à l’école.

Le projet ASHER, dirigé par un réseau multinational de chercheurs et de conseillers jeunesse, a pour mission d’identifier les politiques et les programmes qui ont été efficaces dans la promotion des droits et de la santé sexuels et reproductifs des adolescents. Les résultats de cette étude devraient être disponibles en 2024. Elles aideront à informer et à améliorer les politiques liées aux droits et à la santé sexuels et reproductifs des adolescents dans le monde entier. 

Ce projet est un pas de plus vers la réalisation des objectifs communs en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents. Il devra proposer des solutions pour lutter contre les grossesses précoces et non-désirées, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Le Cameroun est un bel exemple de réussite et les résultats de cette étude permettront d’identifier les bonnes pratiques qui ont été mises en place pour atteindre ces résultats notables.

Voir toutes les publications
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *