mai 25, 2024
Masque rarissime du peuple Fang au Gabon

Flag of Gabon waving at the top of a white background. 3D Rendering.

Les autorités gabonaises exigent de la France la restitution d’un masque rituel unique qui est au centre d'un procès lancé après qu'il a été vendu aux enchères pour 4,2 millions d'euros.

PATRIMOINE

Le gouvernement gabonais a exigé que la bataille juridique entre les vendeurs du masque soit interrompue et que celui-ci soit rendu au peuple du pays africain.

Le masque en bois a été emmené du territoire de l’actuel Gabon vers la France en 1917 par René-Victor Fournier, qui travaillait dans l’administration coloniale. Ses descendants vivant dans le sud de la France ont vendu le masque en 2021 à un marchand ambulant pour 150 euros. Ce dernier l’a mis aux enchères et le masque a été adjugé pour 4,2 millions d’euros. Les anciens propriétaires ont intenté une action en justice contre le marchand pour qu’il annule la transaction et leur restitue le masque.

Selon les conclusions des experts, le masque a été fabriqué au XIXe siècle par le peuple Fang pour être utilisé dans les cérémonies de la secte secrète du Ngil, qui a été interdite en 1910 par l’administration coloniale française. On estime qu’il ne reste pas plus de dix masques de ce type dans le monde.

Lors de la vente aux enchères au printemps 2022, un groupe d’activistes gabonais a exigé la restitution du masque. Aujourd’hui, le gouvernement gabonais exige la restitution du masque, affirmant qu’il a été exporté illégalement de son territoire.

Voir toutes les publications
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *