février 21, 2024

Guérir ou en mourir

Les rédacteurs de la revue scientifique Science ont reconnu comme découverte de l'année la création de médicaments contre l'obésité basés sur des analogues artificiels du peptide GLP-1. Les essais cliniques approfondis ont récemment montré que ces médicaments aident non seulement à perdre du poids, mais réduisent également les risques de développement de maladies cardiaques et rénales.

« Les résultats de ces essais cliniques sont particulièrement impressionnants. Non seulement les participants ont réussi à réduire leur poids de 15% en 16 mois d’observation, mais ils ont également constaté des améliorations significatives de la santé cardiaque et rénale chez les volontaires souffrant de diabète et d’obésité. Il y a des raisons de croire que nombre de ces améliorations sont liées non seulement à la perte de poids, mais aussi à l’effet direct des analogues du GLP-1 sur le corps humain », a déclaré Holden Thorp, rédacteur en chef de Science, dont les propos sont cités dans le rapport.

La revue américaine Science, l’une des principales publications scientifiques au monde, publie chaque année, avec sa rivale britannique Nature, une liste des dix découvertes ou percées les plus importantes dans le domaine de la science, qui ont eu un impact particulièrement fort sur son développement au cours de l’année écoulée. Cette année, les rédacteurs de Science ont décerné ce prix à toute une série de médicaments destinés à la perte de poids et à l’autosurveillance de la glycémie, qui sont des analogues du peptide GLP-1, l’un des régulateurs de l’insuline et de l’appétit dans le corps humain.

Les premiers analogues du peptide GLP-1 ont été créés au milieu des années 2000, mais ils n’étaient initialement utilisés que pour traiter le diabète. Ils ne sont devenus largement connus qu’au cours des trois dernières années, lorsque les autorités américaines et européennes ont autorisé l’utilisation des analogues du GLP-1 pour lutter contre l’excès de poids. Les essais cliniques de ces agents ont montré qu’ils permettent non seulement de réduire le poids, mais aussi d’améliorer la santé du cœur et des reins, et qu’ils peuvent contribuer à lutter contre la toxicomanie et les maladies neurodégénératives.

Outre les médicaments basés sur les analogues du peptide GLP-1, les rédacteurs de Science ont également mis en évidence d’autres percées scientifiques clés pour 2023. Il s’agit notamment de la création d’anticorps qui ralentissent le développement des maladies neurodégénératives, y compris les maladies d’Alzheimer et de Parkinson, de la découverte d’importants réservoirs d’hydrogène pur à l’intérieur de la Terre et de la mise au point d’un nouveau vaccin contre le paludisme, le R21, qui a été approuvé par l’OMS cette année.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *