mai 25, 2024

Le directeur du FNE, les formateurs et apprenants à la fin de la session de formation

36 Conseillers emploi provenant de 15 pays d'Afrique ont été moulés à Yaoundé du 12 au 21 septembre dernier. Ils sont repartis dans leur pays respectifs munis de nouveaux outils pour gérer les services publics d'emploi.

FORMATION

Pendant leur séjour à Yaoundé, entre formation théorique et pratique, ils ont reçu chacun une attestation certifiant leur formation.
 » Nous sommes désormais orientés vers des meilleurs résultats », affirme un apprenant.

Ils étaient trois formateurs, venus d’horizon divers: Françoise Belinga du Cameroun, le Belge Thierry Huort et Abdoulaye N’Djaye du Sénégal, tous experts en conseil emploi. Ils se sont retrouvés pour donner de leurs expériences aux jeunes Conseillers Emploi et Services Publics Emploi du Fonds National de l’Emploi (FNE), de l’Association Africaine des Services Emploi Public (Aasep) et de l’Association Mondiale des Services d’Emploi Public (Amsep). Tous, avec pour objectif d’insérer le maximum de jeunes dans le monde de l’emploi et fluidifier l’intermédiation entre le chercheur d’emploi et les entreprises. En 9 jours, les Services Publics Emploi (Spe) et les Conseillers Emplois ( Ce) se sont frottés aux méthodes modernes d’intermédiation. Après chaque formation théorique avec un instructeur, les groupes de travail se forment pour la phase pratique. Ils élaborent des plans d’actions qui seront désormais leurs chevaux de bataille pour avoir des résultats concrets dans leur différent pays.

Abdoulaye N’Djaye forme sur le leadership et sur les qualités d’un bon leader

Plan d’action

Il occupe une place capitale dans le travail d’un Spe. Il doit être bien élaboré, << réaliste et réalisable en fonction de la localité dans laquelle le Spe ou le Conseiller emploi se trouve>>, insiste Françoise Belinga, formatrice et ancienne cadre au FNE. Le plan d’action permet de mieux déterminer les facteurs de risques. En fonction de la localité, le Spe doit accommoder sa stratégie à son environnement. Généralement, il est dit que << Le plan d’action est la déclinaison opérationnelle orientée vers l’action>>, fait savoir le formateur et consultant de l’Amsep Thierry Huort. Les SPE accueillent et insèrent les demandeurs d’emplois, ils cherchent les ouvertures correspondant à chaque demandeur d’emploi pour les insérer en entreprise. Derrière ce travail visible, << Il y a un grand travail de fond qui vise l’organisation, la recherche par exemple des offres d’emploi, la mise en œuvre des politiques de formation par le Spe soutenu par le plan d’action>>, soutient Thierry Huort. Ce plan d’action qui permet également de structurer les activités doivent être portées par un leader. Il peut être soit le Ce ou le Spe. Il doit << Etre capable d’amener son équipe de travail à adhérer au plan qui a été choisi>>, insiste Abdoulaye N’Djaye.

Séminaire-échanges

C’est autour de plusieurs tables disposées dans la salle, que se font les échanges entre le Spe et les chefs d’entreprises conviés à cette phase du Séminaire-atelier. On comptait 6 entreprises présentes. Ce café avec les représentants des entreprises a pour objectif de comprendre les besoins permanents des ceux -ci pour mieux les respecter. Après les échanges par groupe autour de chaque table, le coordonateur, Sidibé Bréhima, envoyé par l’Aasep propose aux chefs d’entreprises de s’exprimer. Tour à tour, chacun donne son ressenti. Emmanuel Blaise Tampo, directeur de Expert Link, une agence spécialisée dans la traduction et la communication confie : << Généralement les Spe ne respectent toujours pas le type d’employé que l’on leur demande>>. Dans un souci de dénonciation, il poursuit son propos : << Ces mêmes employés arrivent et ne font pas d’effort pour s’adapter au milieu du travail. Peut-être par ce qu’ils se disent être déjà arrivés au sommet. Alors que ce n’est pas ça le monde de l’emploi>>.

Certification et attestation

6 mois. C’est le temps qui est donné aux apprenants pour mettre en pratique ce qu’ils ont appris avec leur formateurs. En fonction des difficultés qu’ils vont rencontrer dans leur pays respectif, ils essaieront de mettre en pratique leurs acquis. À la fin de cette session de formation, ils rentrent chacun dans son pays avec des thèmes de travail. Mais, la formation n’est pas terminée. Des séances de travail en ligne sont prévues pour continuer à les accompagner dans la mise en œuvre sur le terrain de leurs travaux. Après ces 6 mois, en fonction de leurs réalisations, la performance des équipes, et les résultats, ils recevront une certification.

Le mercredi 20 septembre, participants et formateurs reçoivent chacun des parchemins qui certifient leurs participations à cette session de formation. De sa main, Camille Moutè à Bidias directeur general du FNE et par ailleurs président d’honneur de l’Amsep et de l’Aasep remet ces parchemins. Accompagné tantôt d’anecdotes et de félicitations, c’est dans un climat de convivialité que cet acte marque la fin de 6ème session de formation des conseillers des Services Publics d’ Emploi.

Une conseillère emploi du FNE reçoit son certificat de fin de formation des mains de son Directeur général

RÉACTIONS

<< J’ai pu acquérir de nombreuses connaissances en peu de temps. Lors des échanges avec les chefs d’entreprises, nous avons discuté avec la représentante du directeur de l’hôtel le Hilton. Grâce à cet échange, j’ai eu quelques petites idées d’insertion des jeunes dans le milieu de l’hôtellerie>>, affirme Claver Destin du Congo Brazzaville avec un grand sourire.

<< Ces jours de formation ont été une grande opportunité pour moi. Je me suis exprimé sur les problèmes que je rencontre au quotidien dans mon lieu de service à Abidjan. J’ai eu des stratégies pour établir et maintenir de bonnes relations entre une entreprise spécialisée dans le service public emploi et les entreprises qui recherchent du personnel. C’est d’ailleurs à ce propos que porte notre thème>>, déclare Keita spe venu de Côte d’Ivoire.

<< L’apprentissage était réellement au rendez-vous. Nos formateurs ont donné de leur temps et énergie pour nous donner les astuces qui vont nous aider dans nos différentes agences. Nous rentrons avec une thématique sur laquelle nous allons pallier aux problèmes que nous avons rencontrés depuis plusieurs années : l’élaboration des plans d’amélioration pour les visites d’entreprises>>, nous fait savoir Édouard Howé du Tchad.

<< Travailler avec les entreprises et les demandeurs d’emplois est leur travail quotidien. Et je sais qu’avec des nouvelles stratégies qu’ils ont acquises ces derniers jours leurs performances vont encore s’accroître>>, déclare Abdoulaye N’Djaye.

Voir toutes les publications
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *