mai 25, 2024

Baltasar Engonga Edjo, président de la Commission de la Cemac

Baltasar Engonga Edjo traine les pieds depuis 6 mois pour retourner à Bangui. Depuis le 6 juin 2023, date de sa prise de fonction à Bangui, le gouvernement de la Communauté Economique et Monétaire d'Afrique Centrale n’est toujours pas installé dans la capitale centrafricaine, où se trouve le siège comme les chefs d’État de l’organisation sous-régionale l’ont exigé lors de leur conférence le 17 mars dernier à Yaoundé.

ÉCONOMIE

Après la passation de service entre l’équipe sortante et la nouvelle équipe, le président de la Commission, l’Equato-guinéen, Baltasar Engonga Edjo, est reparti à Malabo où se trouve le siège provisoire de l’institution. Il s’y est installé et pourtant il avait laissé entendre qu’il reviendrait prendre ses quartiers à Bangui au plus tard le 7 aout 2023.
Des sources proches de la Présidence de la République centrafricaine indiquent que le gouvernement centrafricain a pourtant pris toutes les dispositions, à ce jour, pour le retour effectif de l’institution, de toutes les équipes, à Bangui.
Les villas des six membres du gouvernement à savoir le président de la Commission le vice-président et les quatre commissaires sont déjà prêtes pour les accueillir.
Le Président de la Commission, accompagné de son équipe, a même fait le tour de la propriété à la cité de la Cemac, le 7 juin 2023, au lendemain de la prise de fonction de la nouvelle équipe au siège de la Cemac sur le boulevard des Martyrs. Engonga Edjo en a profité pour choisir une villa qui, d’après lui, correspondrait à ses attentes par rapport à la résidence réservée au président qu’il aurait affecté au Commissaire centrafricain.


A ce stade, tout laissait croire que le nouveau président et son gouvernement allaient regagner Bangui dans les prochains jours. Curieusement, 3 mois plus tard, la Commission continue de travailler et résider à Malabo. Aucune explication n’a été donnée jusqu’ici pour justifier cette situation.
A Bangui, on s’inquiète et s’interroge. Pourquoi la Commission CEMAC tarde-elle à regagner Bangui ? Quelles sont les véritables raisons ? Selon des sources crédibles, un commissaire de l’actuel gouvernement de la communauté serait déjà installé à Bangui et y travaille jusque-là. Il s’agirait du Commissaire en charge des Infrastructures et du Développement Durable, M. Francial Giscard Libengue.
Certains acteurs politiques centrafricains indiquent que cette attitude de la Commission CEMAC est un manque d’égard à la République Centrafricaine.
La Guinée Equatoriale risquerait alors
d’abriter les sièges des toutes les instances de la Communauté d’Afrique Centrale à ce rythme. Selon certaines informations, Malabo piaffe d’impatience de voir la Commission regagner au plus vite son siège originel à Bangui. Quels sont les freins au retour effectif de la Cemac à Bangui ?
Cette question a été posée au Président de la Commission pour recueillir son avis.

Pourtant, Bangui est sollicitée par les autres institutions tels que les Brics qui veulent y installer leur siège africain.
Le Président Touadera qui est devenu, depuis quelques mois, le dirigeant incontournable de la sous-région (président de la Cemac, facilitateur de la Ceeac, etc) voudrait bien voir la capitale centrafricaine redevenir la capitale sous-régionale avec le retour effectif de la Cemac à Bangui. La situation actuelle n’est pas plaisante pour lui car il a œuvré pour que son mandat serve à résoudre ce problème.
Le 2 mai dernier, il a convoqué l’ancien président de la commission, le Pr Ona Ondo, et lui a ‘’intimé l’ordre’’ de procéder le plus rapidement à la passation de service avec la nouvelle équipe. Chose qui a été faite un mois plus tard. Malheureusement, trois mois après sa prise de fonction, le gouvernement de la communauté traine encore les pieds pour le retour effectif de l’institution à Bangui.

Voir toutes les publications
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *