juin 13, 2024

Entrée principale de l'école primaire d'Ekounou

Le drame s'est produit jeudi dernier au portail de l'école primaire du quartier Ekonou, dans le 4ème arrondissement de Yaoundé.

Agée de 4 ans, élève de la maternelle, elle a été tuée par un véhicule conduit par un militaire. La gosse rejoint sa mère pendant la récréation de 10h. La jeune maman vend un peu de tout à proximité du portail de son école. Non loin de là, un chauffeur en tenue militaire a garé son véhicule afin de se désaltérer dans un bistrot attenant à cet établissement scolaire. Une fois sa soif étanchée, il  reprend son véhicule. Il engage une manœuvre périlleuse sur la chaussée, face à l’école. Sa manœuvre ne lui réussit pas; il fonce sur le portail de l’école, son véhicule écrase la petite et casse la jambe gauche d’une maman assise pas loin. 

Le militaire est pris de panique. Il redoute la furie des populations. Il court trouver refuge dans les locaux du palais de justice non loin de là. La gendarmerie et les sapeurs pompiers se déportent sur les lieux du drame. Le corps de la gosse est admis à la morgue militaire d’Ekounou. S’agissant de l’autre blessée, elle est en soins intensifs dans le même établissement sanitaire. Les élèves et la population environnants sont sous le choc devant des images d’horreur que renvoyait cette scène atroce.

Il existait dans ce pays une règlementation qui interdit l’exploitation des débits de boissons dans la proximité d’une école. Cette loi n’existe plus que sur le papier, son application est aux rebuts. Des accidents existeront toujours, mais il y a d’autres accidents qu’on pourrait éviter: celui dont nous parlons ici aurait pu ne pas exister si un bar ne se serait pas trouvé accolé à une école.

Gervais Bikouba, stagiaire

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *