mai 25, 2024

Esclaves tunisiens

Ça se passe le 23 janvier 1846. L'abolition de l'esclavage par Ahmed Bey, décret beylical du 23 janvier 1846. Déjà, le 6 septembre 1841, la vente d'esclaves était interdite

L’abolition de l’esclavage par Ahmed Bey, décret beylical du 23 janvier 1846. Déjà, le 6 septembre 1841, la vente d’esclaves était interdite. Il décrète en décembre 1842 que tout enfant né à Tunis, est libre. Cependant l’esclavage a perduré, particulièrement dans le sud dans les milieux agraires, jusqu’au début du 20e siècle. La propre mère d’Ahmed Bey était une captive italienne, prise avec sa mère et sa sœur, et 900 autres prisonniers, lors de l’attaque des corsaires de Tunis, en 1798. Pour désigner les esclaves en Tunisie, la terminologie choisie dépend de la couleur et des origines de l’esclave : l’esclave noir est appelé « Abid » ou « Chouchen », l’esclave blanc  » Mamluk  » ou  » Saqlabi  » et l’esclave berbère  » Akli « .

La Tunisie a accueilli entre 1700 et 1880, 100 000 esclaves noirs contre 65 000 entrées en Algérie, 400 000 en Libye, 515 000 au Maroc et 800 000 en Égypte.

Les esclaves de Tunisie proviennent de deux zones d’approvisionnement : l’Europe et un allant de l’Afrique de l’Ouest au lac Tchad.

Les esclaves européens représentent 10 à 20 %, sont capturés au cours de razzias sur les côtes des pays européens, principalement l’Italie, la France, l’Espagne et le Portugal. Les hommes sont utilisés pour les galères et travaux publics, les femmes comme domestiques ou dans les harems. Les femmes sont converties à l’islam.

Voir toutes les publications
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *