mai 25, 2024

Les employés de la raffinerie Total de Donges (ici le 12 octobre) étaient toujours en grève ce mardi. (c) Reuters

La Cgt a appelé à faire grève les 19 et 26 janvier ainsi que le 6 février, avec "si nécessaire, l'arrêt des installations de raffinage", selon un communiqué diffusé jeudi.

CARBURANT

Les salariés des raffineries françaises se mettront en grève si leur désaccord avec la nouvelle réforme des retraites n’est pas entendu, a annoncé vendredi 13 janvier l’Afp se référant aux déclarations des principaux syndicats. La Cgt a appelé à faire grève les 19 et 26 janvier ainsi que le 6 février, avec « si nécessaire, l’arrêt des installations de raffinage », selon un communiqué diffusé jeudi 12 janvier.

Le mouvement doit débuter par un premier arrêt du travail de 24h le 19 janvier, journée nationale de grèves et de manifestations à l’appel des huit principaux syndicats de salariés français contre la réforme des retraites présentée mardi par le gouvernement, qui prévoit notamment de faire passer l’âge légal de départ de 62 à 64 ans.

Pour le 26 janvier, la Cgt du secteur pétrolier appelle à 48h de grève, puis à 72h le 6 février, indique l’Afp.

La grève précédente dans le secteur pétrolier a eu lieu en France en septembre 2022. Les salariés des raffineries françaises Total Energies et Esso-Exxon Mobil revendiquaient une hausse des salaires de 10% pour faire face à une inflation galopante. La mobilisation précédente avait provoqué d’importantes difficultés d’approvisionnement en carburant en France. Une station-service sur trois s’était mise à l’arrêt. Le manque d’essence et de diesel avait provoqué des files d’attente et des altercations.

Voir toutes les publications
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *