mai 25, 2024

La taxe qui fâche, les populations disent "Non !"

Jamais une taxe n’a suscité autant de controverse avant sa mise en application. Depuis le 1er janvier 2022, au retrait et à l’envoi, une taxe de 0,2% est appliquée à la somme que vous recevez.

Le gouvernement de John Ngute a besoin d’argent. De l’argent liquide dans ses caisses. Il a donc instauré des nouvelles taxes pour le retrait à toutes les structures qui font des transactions financières par téléphone. Jamais une taxe n’a suscité autant de controverse avant sa mise en application. Depuis le 1er janvier 2022, au retrait et à l’envoi, une taxe de 0,2% est appliquée à la somme que vous recevez. Tenez, pour un retrait de 1million de francs, vous perdez 9000f et vous recevez 991000 f Cfa seulement. Pour le gouvernement, cela va lui permettre d’encaisser 20 milliards de francs Cfa jusqu’au 31 décembre 2022.

La curiosité, c’est que l’État n’a pas tout dit aux consommateurs. Cette taxe est appliquée à un degré inférieur au niveau des banques. Pour le retrait de 100.000f Cfa, la banque vous retient 900f, et vous recevez 91.000f ! Qu’un gouvernement cherche à renflouer ses caisses, cela est légitime. Mais là où le bât blesse, c’est le plus pauvre qui paye l’ardoise, comme d’habitude. Les hommes d’affaires se la coulent douce. Pourquoi ? parce que dans notre pays, le président Biya a autorisé les fonctionnaires à faire les affaires. Sous des prêts noms et des sociétés écrans logées aux Usa, en France en Italie ; ils sont actionnaires dans les hôtels locales, les banques, les commerces, les Btp… ils gagnent tous les marchés et ne payent pas les taxes, avec leurs amis chinois. C’est la raison pour laquelle en 1995, le recouvrement fiscal au Cameroun n’a atteint que 10%, le taux le plus bas dans le monde. Cela n’émeut personne. La preuve Mtn, Orange et les banques ne sup- portent presque pas ces frais.

On dénombre aujourd’hui, 60 familles qui ont fait main basse sur l’économie et les finances du Cameroun. Ils ne payent pas les impôts. Tous se sont réfugiés dans le Rdpc, parti au pouvoir. Mme Foning de regretté mémoire s’en est allée avec ses milliards qu’elle doit au fisc. Ils sont nombreux qui sont devenus députés pour fuir le fisc. Donc l’État sait où aller chercher son argent. C’est eux qui doivent payer l’ardoise. Pas chez le pauvre, le misérable, au point de réveiller la violence et la haine qui gisent en lui ! Lorsqu’en 1983, Paul Biya dit : « je suis sociaux démocrate ». Nous avons applaudi. Car cette théorie économique libérale keynésienne est un capitalisme de type social-démocrate qui allie économie de marché, démocratie poli- tique et intervention de l’État ; un système qui permet non seulement d’assurer une croissance économique équilibrée et durable, mais une réparation équitable des fruits de la croissance et le respect des libertés politiques. En sommes-nous là ?

On se souvient que le 1er octobre 2020, la ministre des télécom a lancé une taxe de 33% sur le téléphone sans l’avis du parlement Camerounais. Au terme de l’année les détenteurs de téléphone de basse gamme devaient payer 15000f et ceux de haute qualité 25000f. Ceci sous le prétexte de lutter contre la fraude douanière, l’argent devait être orienté vers une lugubre entreprise à Ekounou … Les clients des téléphones mobiles sont furieux. Ils réfléchissent à revenir à l’économie de la cueillette. Au même moment où le monde entier développe le commerce par le numérique, à cause du Covid, nous nous le tuons pour le tuer.

Voir toutes les publications
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *