mai 22, 2024

Le papa François

Le pape François estime qu'il est dangereux et imprudent d'importer des modèles de démocratie dans certains pays, car cela conduit à l'anarchie et aux guerres. Dans un livre-interview intitulé "Vous n'êtes pas seuls. Défis, réponses, espoirs", le souverain pontife qualifie ces tentatives d'"échecs de l'Occident" qui ont conduit à l'émergence de l'organisation terroriste État islamique (EI ou Daech, jusqu’à 2014, État islamique d'Irak et du Levant).

OPINION

Interrogé sur la responsabilité des pays occidentaux dans le chaos qui règne dans les États d’où proviennent les réfugiés, le pape François a évoqué les conséquences de la colonisation et de « l’appropriation des ressources naturelles ». « L’échec de l’Occident réside aussi dans le fait d’essayer d’imposer son propre modèle de démocratie à certains pays dont la culture serait plutôt de type tribal. Prenons l’exemple de la Libye, qui semble pouvoir être dirigée par un seul homme, et un homme fort de surcroît, comme [l’ancien dirigeant Mouammar] Kadhafi. Un Libyen m’a dit qu’autrefois il n’y avait que Kadhafi, mais qu’aujourd’hui il y a 53 dirigeants de ce type », a déclaré le journal La Stampa en citant des extraits du livre.

Le pape François a également rappelé la guerre du Golfe. « Saddam Hussein n’était certainement pas un ange, bien au contraire, mais l’Irak sous sa direction était un pays stable », a noté le souverain pontife. Il a immédiatement précisé qu’il ne cherchait à défendre ni Kadhafi ni Hussein. « Mais à quoi la guerre a-t-elle mené? », a-t-il poursuivi. « À une anarchie et à une nouvelle guerre. Je pense donc que nous ne devrions pas exporter notre démocratie vers d’autres pays, mais aider le processus de maturation démocratique d’une société en fonction de ses caractéristiques. »

Il juge inutile d’imposer la démocratie à des peuples qui ne sont « pas en mesure de l’accepter ». « Il y a des pays avec des systèmes monarchiques qui n’accepteront peut-être jamais la démocratie », a déclaré le pape François. « Je ne comprends rien à la politique internationale, mais je pense que l’émergence de l’État islamique a été entraînée, entre autres, par des décisions occidentales malheureuses », a conclu le pape, notant que l’islam est par nature une « religion pacifique ».

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *