mai 25, 2024

Les équipes de vaccination en plein travail dans une communauté du Nord Cameroun

Six régions du Cameroun sont concernées par la seconde campagne de vaccination contre la poliomyélite qui est prévu du 03 au 05 novembre 2023.

ÉPIDÉMIE

Une  seconde campagne, mais pour qui ?

Nous sommes en épidémie de polio ! Souvenez-vous qu’au mois de Juin 2023, le laboratoire du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) Atlanta a confirmé la présence de 5 variants de poliovirus de type 2 dans les échantillons de surveillance environnementale de la région du Centre ; soit 4 dans le site « Carrefour poubelle bar » dans le District de Santé de Mvog-Ada et 1 dans le site « Derrière le palais des sports » dans le District de Santé de la Cité verte à Yaoundé. 

Une campagne de vaccination à double tour a été immédiatement lancée en riposte à ce constat menaçant. Après la première phase qui s’est déroulée en septembre dernier, les régions du Centre, Littoral, Ouest, Nord-Ouest, Sud et Sud-Ouest se préparent pour la phase 2 qui se déroulera du 03 au 05 novembre. 

Rejet

Selon le ministère de la Santé, les raisons associées à la non vaccination des enfants au cours du dernier tour de campagne sont: la non visite des ménages (32%), l’absence (26%) et les refus (24%). Ces raisons totalisent 86% des raisons de non vaccination des enfants. 

Pour ce qui est du cas spécifique des refus, une enquête de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) soutient que 46% de cas de refus se fait sans raison ; 27% évoquent la peur des effets indésirés et 25% évoquent les principes religieux comme arguments de rejet.

Le virus de la polio affecte généralement les enfants âgés de moins de 5 ans qui ne sont pas vaccinés ou insuffisamment vaccinés. Il n’est cependant pas exclu qu’il affecte également les adolescents et les adultes. La vaccination est le meilleur moyen de prévention contre la poliomyélite. Elle protège efficacement l’enfant. Les experts font l’unanimité à ce sujet. La paralysie quant à elle est irréversible. Elle se prévient uniquement par la vaccination. En d’autres termes, il faut garder à l’esprit que le vaccin est le moyen le plus efficace pour protéger l’enfant contre les maladies évitables par la vaccination. Au cours de cette seconde campagne, « les enfants doivent prendre leur deuxième dose afin d’être totalement protégés » a déclaré le Dr Edzoa Brice, Coordinateur régional du Programme Elargi de Vaccination (PEV).

Généralités 

La Poliomyélite est une maladie virale très contagieuse causée par le poliovirus. Ce virus est transmis par la consommation d’eau ou d’aliments souillés. Les enfants de moins de 5 ans sont les plus touchés. Le poliovirus entraine une paralysie irréversible des membres. L’enfant paralysé devient une charge pour sa famille, sa communauté et son pays. Le virus de la Polio infeste le corps à travers la bouche pendant que l’on consomme un aliment souillé ou que l’on boit de l’eau contaminée par des selles d’une personne portant le poliovirus. Au Cameroun, deux types de vaccins sont utilisés en routine ; le Vaccin Polio Injectable (VPI) et le Vaccin Polio Oral (VPO).

Les deux se complètent pour renforcer davantage la protection de l’enfant. Selon le calendrier vaccinal en vigueur, le VPO est administré à l’enfant dès la naissance, à 1 mois et demi ; 2 mois et demi et 3 mois et demi. Le VPI s’administre à 3 mois et demi et 9 mois en même temps que les autres vaccins à administrer a ces contacts. Administrer des injections multiples de vaccin en une séance est sans risque. Des doses supplémentaires de VPO peuvent être administrées sans risque pour renforcer davantage l’immunité de cette cible vulnérable, en riposte aux épidémies ou lors des campagnes préventives de vaccination contre la poliomyélite. Le VPO associé  au VPI  permet le renforcement de la lutte contre la Polio. On ne le dira jamais assez, prévenir vaut mieux que guérir !

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *