mai 20, 2024

Samuel Eto'o, president de la Fédération camerounaise de football

Les 365 premiers jours du président de la Fédération camerounaise de football élu le 21 décembre 2021, par les acteurs du football camerounais à Yaoundé portent les marques positives.

FECAFOOT

S’il peut paraitre hâtif de dresser d’ores et déjà un bilan à l’ancien capitaine des Lions, on peut se féliciter un an après son élection, qui s’inscrit parmi les plus belles victoires du football camerounais et de pouvoir faire un constat réconfortant. Depuis sa prise de fonction au lendemain de son plébiscite, le nouvel exécutif de la Fecafoot à su rassurer, rallier et rassembler. Bien plus, le premier challenge de ses douze premiers mois, aura été la réconciliation de la grande famille du football camerounais.

Ceci, en engageant les pourparlers avec les acteurs du football, notamment les membres de l’assemblée générale de la Fecafoot de 2009. Lors du séminaire de recyclage des journalistes sportifs, le président s’est exprimé en ces termes : « Je m’étais engagé pendant ma campagne à l’apaisement des tensions dans la famille du football camerounais. Comme promis, nous l’avons fait en misant ce qui nous unit et en nous défendant contre les forces qui tendent à nous diviser ».

Bien plus, le président Samuel Eto’o a su mettre sur pied le conseil transitoire du football professionnel en charge d’organiser les championnats d’Elite. Avec une subvention de l’État du Cameroun, à hauteur de 350 millions de Fcfa. L’on note aussi, la relance des championnats malgré l’incapacité financière d’une institution héritée en grande difficulté financière à en croire le président de la Fédération Samuel Eto’o. L’objectif étant de tenir le pari avec la Caf, le président de la République Paul Biya, par la voie du secrétaire générale à la présidence de la République, a octroyé un financement de 560 millions de Fcfa à la Fecafoot pour les clubs. A ce sujet, le président Eto’o souligne que la Fédération n’a rien reçu jusqu’ici. De plus, le nouvel exécutif a élargi le champ de la conscience en restructurant la Fecafoot. Car au lendemain de son élection, le personnel de la Fecafoot comptait trois mois d’arriérés de salaire.

Sponsors

Une dette épongée à l’entame de son mandat. La rationalisation des ressources humaines, en contractualisant les stagiaires qui travaillent à la Fédération depuis des années sans salaire. Une mesure qui a générée un accroissement salariale mensuelle de 3.900.000 Fcfa selon le président Eto’o. La condition du retour des sponsors avec Mtn, Bocom, Cimencam, GO sport, Sodecoton, qui on fait leur retour à la Fédération. L’ancien capitaine dans sa conviction de vaincre, a marqué un point historique en nationalisant le banc de touche des Lions indomptables du Cameroun. A ce sujet, il a nommé son ancien coéquipier Rigobert Song, précédemment entraineur des Lions A’.

D’ailleurs avec qui il réussi une brillante qualification pour le mondial Qatar 2022. L’histoire retiendra une qualification à multiples rebondissements face à l’Algérie le 29 mars 2022, au stade de Blida. Un an après son élection, le football respire un air nouveau. Les clubs de première et deuxième division ont vu leurs subventions augmentées. Soit un milliard de Fcfa de subvention alloué aux clubs de Mtn  Elite One et Two. Et environ 80 millions de Fcfa pour la Guinness Super League. Dans les détails, 575.000.000 F cfa ont été versés aux clubs d’Elite One et 182.000.000 Fcfa à ceux d’Elite Two. Environ 150.000.000 Fcfa a été alloués pour l’hébergement des équipes. Sans compter le changement de vie des footballeurs qui désormais touchent un salaire mensuel. On note aussi la relance du football féminin qui compte 12 équipes et 25 joueuses chacune. Et dont la subvention des salaires se lève à 50.000 F par mois et par joueuse. Parmi les défis réussis s’ajoute la rupture de contrat avec l’équipementier Coq sportif et la signature d’un nouveau contrat avec One All Sport.

Ce nouveau partenaire qui a accompagné l’équipe nationale du Cameroun au mondial Qatar 2022. Avec de telles réalisations en seulement 365 jours, on comprend que le succès du nouveau style de management de la Fecafoot tient au personnage de l’homme. Doté de qualités qui font les grands leaders, il allie à la fois compétences, probités, intégrités et sens de la réconciliation. Il est clair que Samuel Eto’o a su maitriser son affaire, qu’aujourd’hui la fonction de président de la Fecafoot semble lui avoir été taillée sur mesure.

Voir toutes les publications
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *