juin 8, 2024
Du 30 novembre au 12 décembre 2023, plusieurs pays du monde se réuniront à Dubaï aux Émirats Arabes Unis pour discuter autour des questions environnementales. Pendant ce temps, les scientifiques affirment que l'apocalypse climatique est inévitable. Alors que faut-il espérer de cette COP28 ?

La 28e édition de la Conférence des Parties sur le climat – COP28 – est devenue une rencontre rituelle depuis plus de deux décennies entre les pays membres de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Cette rencontre sera l’occasion de faire le point sur les engagements pris lors des rencontres antérieures, notamment en termes de financement de la transition écologique et d’abandon des énergies fossiles entre autres promesses. 

Les promesses non tenues ne font que favoriser l’effondrement climatique annoncé par le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Antonio Gutterez. Apocalypse devenue irréversible si l’on en croit les scientifiques du GIEC ( Groupe d’experts Internationaux sur le climat, Groupe de travail de l’Onu.

Les promesses de Copenhague 

Huit ans après l’Accord de Paris à la COP 21 , les gouvernements devront rendre disponible leur premier bilan national sur leurs progrès respectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. La crise écologique nécessite de la part des États des investissements conséquents, afin d’adapter et d’atténuer les effets du réchauffement climatique sur les sociétés. 

Les pays du Nord s’étaient engagés à mobiliser chaque année 100 milliards de dollars pour les pays du Sud dès l’année 2020. Cette promesse a été faite il y a 14 ans à Copenhague  au Danemark, mais n’avait pas encore été tenue. Les financements mobilisés ont connu une hausse notable en 2021, 89.6 milliards de dollars ont été réunis grâce à des fonds privés et publics. Cependant, une nouvelle hausse est nécessaire pour atteindre l’objectif de 100 milliards de dollars qui avait été fixés pour 2020, mais les données préliminaires dont dispose l’OCDE ( Organisation des Coopérations pour le Développement Économique) indiquent que les pays semblent avoir atteint cet objectif en 2023.

La rupture avec les énergies fossiles et le choix des énergies renouvelables seront aussi les priorités de cette COP28. Les combustibles fossiles ( pétrole, charbon, gaz) sont les premiers responsables du réchauffement climatique. Ils représentent 75% des émissions de GES. Et pourtant, les énergies fossiles demeurent des investissements encore privilégiés et fortement subventionnés par les Etats. Plus de 900 milliards d’euros ont été offerts en subventions par les Etats aux combustibles fossiles en 2022. Mais la sortie des énergies fossiles d’ici à 2050 nécessite une grande réorganisation pour les Etats. L’économie mondiale est actuellement trop dépendante des énergies fossiles. 

L’Afrique au rendez-vous de « l’industrie verte »

La COP28 sera l’occasion pour les pays de s’accorder sur un objectif commun, celui de tripler la capacité de production des énergies renouvelables d’ici 2030  pour satisfaire la demande mondiale et remplacer les énergies fossiles.

Les pays africains quant à eux, pour avoir tenu leur sommet pour le climat à Nairobi  au Kenya en septembre 2023, pourront y défendre cette fois – ci leurs intérêts d’une seule voix. Même si pour l’heure, il est inenvisageable et sans objet d’interrompre l’exploitation du pétrole et du gaz en Afrique pour des raisons évidentes de prospérité économique ; l’Afrique ne doit pas rater pour autant et une fois de plus, le virage à l’industrie verte qui de profile à l’horizon . Elle doit orienter ses revendications pour que soient développés sur son sol toutes les technologies nécessaires à l’exploitation optimale des énergies renouvelables, notamment l’énergie solaire. 

Le Cameroun, à la différence du sommet de Nairobi, il faudra espérer cette fois-ci que le pays sera représenté à Dubaï par son ministre  en charge de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement durable. 

*Leonel Akosso, est journaliste littéraire à Radio Veritas, à Douala

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *