...
juin 2, 2024

Vladimir Poutine

Les 28 et 29 juillet 2023, le deuxième sommet et forum économique Russie-Afrique se tient à Saint-Pétersbourg.. La rédaction de Le Calame, en collaboration avec l'agence Tass, publient ce dossier sur les plus grands projets d'investissement que les entreprises russes mettent en œuvre en Afrique subsaharienne. Les hommes d'affaires d'Afrique pourront échanger avec leurs homologues russes des opportunités à saisir.

GÉNÉRALITÉS

L’Afrique est le deuxième continent le plus peuplé après l’Eurasie. Plus de 1,4 milliard de personnes y vivent (18% de la population mondiale). Selon les experts, le continent possède 12% des réserves mondiales de pétrole, 42% des gisements d’or, 60% des minerais de manganèse, 19% de l’uranium, 48,4% du chrome, 44,6% du titane et 42,6% de la bauxite, l’Afrique répond à 90% de la demande mondiale de platine et à 52,5% de la celle de diamants. Elle produit également 36% du vanadium et 42% du cobalt. Dans le même temps, selon la Banque mondiale, l’Afrique représente aujourd’hui moins de 3% de la production industrielle mondiale et des exportations de produits manufacturés; les pays dépendent encore fortement de l’agriculture et des exportations de ressources non transformées, principalement des minerais.

Jusqu’aux années 1990, l’URSS a coopéré activement avec la plupart des États africains, en augmentant les échanges commerciaux, en apportant un soutien politique et matériel à la lutte de libération nationale contre les puissances coloniales et en mettant en œuvre plus de 300 grands projets d’investissement dans les pays du continent. Les difficultés politiques et économiques rencontrées par la Russie après l’effondrement de l’URSS ont eu un impact négatif sur les relations russo-africaines dans tous les domaines. Pendant la période des réformes, les liens politiques, économiques, scientifiques et culturels se sont fortement dégradés.

Le regain d’intérêt de la Russie pour la coopération économique avec les pays africains a commencé à se manifester au milieu des années 2000. En 2006, 2009 et 2013, le chef de l’État russe s’est rendu sur le continent. Les visites mutuelles de membres de gouvernements, de délégations parlementaires, de représentants de sociétés publiques et d’entreprises privées sont devenues régulières. Contrairement aux anciennes puissances coloniales, la Russie cherche à établir une coopération mutuellement bénéfique avec les pays africains, en s’abstenant d’interférer dans leurs affaires intérieures et de faire dépendre les contacts commerciaux d’une idéologie. Les entreprises russes sont attirées par les perspectives d’extraction et de vente conjointes de minerais, de construction d’infrastructures de transport et d’exploitation minière. Les pays africains, quant à eux, sont intéressés par les investissements russes, les technologies et les possibilités de formation de personnel qualifié.

Alrosa

Le groupe russe de sociétés d’extraction de diamants Alrosa est présent en Angola depuis 1992 et détient 41% des parts de l’association minière de Catoca (41% sont détenus par la société publique angolaise Endiama et 18% par LL International Holding B.V.). Catoca est la plus grande cheminée kimberlitique d’Angola et le quatrième gisement mondial en termes de gisements et de production de diamants (situé dans le nord-est du pays). Environ 6,8 millions de carats de diamants y sont extraits chaque année. En mai 2017, les sociétés Catoca et Endiama ont conclu un accord pour créer une entreprise mixte Luaxe, afin de développer la cheminée diamantifère à proximité du gisement de Catoca, dont les réserves avaient été estimées à 350 millions de carats. En outre, les entreprises russes et angolaises mènent une exploration géologique conjointe depuis 2014. En 2019. Alrosa a annoncé son intention de dépenser 9 millions de dollars pour l’exploration géologique en Angola au cours des deux prochaines années.

En 2019, Alrosa a commencé ses activités en République du Zimbabwe. Une entreprise mixte, Alrosa (Zimbabwe) Limited, a été créée, détenue à 70% par le groupe de sociétés russes et à 30% par la Compagnie nationale minière et diamantaire du Zimbabwe. Alrosa a annoncé l’allocation d’environ 12 millions de dollars pour un programme d’exploration géologique dans ce pays. En 2022, la partie zimbabwéenne a signalé la découverte de 22 nouveaux gisements de diamants, dont deux seront exploités par Alrosa.

Lukoil

La compagnie pétrolière Lukoil est engagée dans l’exploration et le développement de champs pétroliers dans les pays du golfe de Guinée et considère l’Afrique de l’Ouest comme une région stratégique pour elle. Elle y a commencé ses activités en 1995. Certains des actifs de Lukoil investis dans des projets en Sierra Leone et en Côte d’Ivoire ont été retirés en raison de leur manque de rentabilité. Parallèlement, en 2014, l’entreprise est entrée dans le projet offshore de la société américaine Chevron au Nigeria, recevant 45% du capital et 18% des bénéfices de cette entreprise mixte, et en 2019, elle a signé un protocole d’accord avec la Corporation nationale pétrolière nigériane, supposant d’envisager les possibilités d’une coopération ultérieure.

En 2014, Lukoil a rejoint le projet de production d’hydrocarbures en eaux profondes sur le bloc Tano, au large du Ghana. Son opérateur est la société norvégienne Aker Energy, dont Lukoil détient une participation de 38%, Ghana National Petroleum Corporation et Fueltrade – 10% et 2% respectivement. En janvier 2019, le forage d’un puits d’évaluation a été achevé sur le champ de Pekan, dont l’estimation préliminaire du volume de production d’hydrocarbures était de 450 à 550 millions de barils par jour (bpj).

En 2015, la société a participé au projet de développement du projet pétro-gazier d’Etinde dans les eaux de la République du Cameroun. La part de Lukoil était de 30%, 30% appartenaient à l’opérateur du projet – la société britannique New Age Ltd (en 2022, elle a annoncé son retrait du projet, l’acheteur de la participation n’a pas été annoncé), 20% – à la société britannique Bowleven (basée sur sa filiale EurOil Ltd) et à l’entreprise publique camerounaise Société nationale des hydrocarbures.

En 2019, Lukoil a signé un accord pour acquérir une participation de 25% auprès de New Age dans le projet Marine XII au large de la République du Congo (le montant de la transaction est estimé à 800 millions de dollars). Les autres participants au projet sont l’Italien Eni (65%, opérateur) et la société publique congolaise. Cinq champs ont été découverts dans la zone (réserves totales d’environ 210 millions de tonnes d’équivalent pétrole), et la production est déjà en cours dans deux d’entre eux. D’ici à la fin de 2023, le projet devrait commencer à produire du gaz naturel liquéfié avec une capacité de 600.000 tonnes par an.

Renova

Le groupe Renova est l’un des premiers et plus grands investisseurs russes en Afrique du Sud. Conjointement avec la société sud-africaine Majestic Silver Trading, il détient une participation dans United Manganese of Kalahari, qui extrait du minerai de manganèse.

Rusal

Rusal est engagé dans l’exploitation de la bauxite en République de Guinée et figure parmi les plus grands investisseurs étrangers dans ce pays. L’investisseur russe possède la Compagnie des bauxites de Kindia (CBK), ainsi que le complexe de bauxite et d’alumine de Friguia. En juin 2018, Rusal a mis en service une mine d’une capacité de 3 millions de tonnes de bauxite par an sur le gisement de Dian-Dian dans la région de Boké (dans l’ouest de la Guinée) – le plus grand gisement de bauxite au monde avec des réserves de minerai prouvées de 564 millions de tonnes (la société a obtenu une licence d’exploitation de la mine en 2001). La bauxite extraite en Guinée représente jusqu’à 60% de la production totale de Rusal.

L’entreprise investit activement dans les soins de santé dans ce pays africain. En 2015, Rusal a construit et équipé le Centre scientifique clinique et diagnostique d’épidémiologie et de microbiologie (SCDCEM) à Kindia pour lutter contre le virus Ebola (coût du projet: 10 millions de dollars). En outre, 12 à 13 millions de dollars ont été alloués à la lutte contre l’épidémie. En 2017, dans le cadre d’un partenariat public-privé entre Rusal et Rospotrebnadzor (autorité fédérale chargée du contrôle), une partie de la structure du SCDCEM a été réaffectée en un complexe de laboratoires qui permet d’effectuer des analyses de laboratoire de haute sécurité dans des conditions stationnaires.

Rosatom

Rosatom réalise des projets de différentes envergures dans plus de 20 pays africains. Parmi les plus importants figure la construction du Centre des sciences et technologies nucléaires en Zambie (le contrat a été signé en mai 2018; il comprendra une installation de recherche nucléaire, un complexe de laboratoires, un centre d’irradiation polyvalent et un centre de médecine nucléaire). En juillet 2018, Rosatom a signé un accord de coopération en médecine nucléaire avec la Corporation de l’énergie nucléaire de l’Afrique du Sud (Necsa – Nuclear Energy Corporation of South Africa). En octobre 2019, un accord a été signé sur la construction du Centre des sciences et technologies nucléaires au Rwanda. Il comprend également la construction d’une installation de recherche nucléaire basée sur un réacteur eau-eau de recherche polyvalent d’une capacité allant jusqu’à 10 MW.

Rosneft

En octobre 2015, Rosneft et la société pétrolière et gazière américaine Exxon Mobil ont remporté un appel d’offres pour l’exploration géologique de trois blocs au Mozambique: A5-B dans le bassin d’Angoche et Z5-C et Z5-D dans le delta du fleuve Zambèze. Les contrats de concession pour l’exploration et la production d’hydrocarbures dans les blocs ont été signés en octobre 2018. La part de Rosneft dans le consortium est de 20%, ses partenaires, outre ExxonMobil (40%), sont la Société nationale des hydrocarbures du Mozambique (20%), Qatar Petroleum (10%) et Eni (10%). En août 2019, Rosneft a signé un mémorandum avec la Corporation nationale des hydrocarbures sur la coopération dans le développement des champs de gaz naturel offshore, ainsi qu’un accord de coopération avec l’Institut national du pétrole du Mozambique. »

Nordgold

Nordgold, une société d’exploitation aurifère russe, opère en République de Guinée et au Burkina Faso. En 2008, Nordgold a acquis la mine Taparko au Burkina Faso, en 2010 – la mine de Lefa en Guinée et puis en 2011 et 2016 – les gisements de Bissa et de Bouly au Burkina Faso. L’investissement total de la société dans les économies des deux pays africains dépasse les 2 milliards de dollars. En octobre 2019, Nordgold a conclu un accord avec un consortium comprenant le producteur d’électricité indépendant Total Eren et son partenaire Africa Energy Management Platform (AEMP) pour construire une centrale solaire de 13MW dans les mines de Bissa et Bouly, et mettre en service une centrale solaire de 33MW dans la mine de Lefa en 2022. En décembre 2022, les autorités du Burkina Faso ont accordé à la société russe une licence de quatre ans pour exploiter un nouveau gisement d’or de 31,4 km2 dans la région d’Imiougou, dans le centre du pays. Selon les estimations du gouvernement, le gisement produira 2,53 tonnes d’or au cours de cette période.

TASS AVEC LE CALAME

Voir toutes les publications
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Seraphinite AcceleratorOptimized by Seraphinite Accelerator
Turns on site high speed to be attractive for people and search engines.