mai 25, 2024

Konstantin Kossatchiov : vice-président du Conseil de la Fédération russe (c) Conseil de la Fédération

Les adversaires occidentaux à la Russie tenteront d'empêcher la participation des pays africains au deuxième sommet Russie-Afrique, prévu en juillet 2023 à Saint-Pétersbourg.

RUSSIE-AFRIQUE

C’est ce qu’a déclaré le 23 décembre le vice-président du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) Konstantin Kossatchiov.

« Le deuxième sommet sera qualitativement différent du premier au niveau de l’ambiance qui régnera autour de ce sommet. Nos concurrents géopolitiques, essentiellement occidentaux, feront tout pour empêcher la participation des pays africains à notre rencontre et opposeront le sommet au sommet Afrique-États-Unis qui se déroule ces jours-ci avec la participation très importante des pays africains« , a déclaré le sénateur russe lors d’une table ronde sur la mise en œuvre des intérêts stratégiques de la Russie sur le continent africain.

Selon le parlementaire, la Russie devra construire encore plus activement le travail actuel en direction de l’Afrique, mais qui « ne se transforme pas encore en une stratégie à long terme ».

Le sénateur a noté que le premier sommet Russie-Afrique qui s’est tenu il y a trois ans a été un succès, mais « à bien des égards, ses résultats sont restés sur le plan politique » et n’ont pas été mis en œuvre dans d’autres projets de coopération commerciale, économique, scientifique, technique ou humanitaire. « Nous ferons, j’en suis sûr, une grave erreur de calcul si nous ne préparons pas le deuxième sommet de l’été prochain d’une manière qualitativement différente, de sorte que chacun de ses participants voie une feuille de route spécifique pour nos relations bilatérales, voie l’intérêt de participer au sommet et parvienne à des accords précis », a souligné le parlementaire.

Voir toutes les publications
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *