mai 25, 2024

Annalena Baerbock "Beacon of hope"

BOURDE

Alors qu’elle s’exprimait en anglais lors de sa visite officielle en Afrique du Sud, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a parlé au lieu d’une lueur d’espoir de « bacon d’espoir », fait savoir ce vendredi le journal allemand Bild.

« Le chemin de l’Afrique du Sud vers la liberté s’est révélé être un bacon d’espoir qui a inspiré des hommes et des femmes dans le monde entier », a-t-elle lancé. Il existe en anglais l’expression « beacon of hope » qui se traduit comme « lueur d’espoir ». Or, la ministre a mal prononcé le premier mot, ce qui a donné « bacon » au lieu de « beacon », explique le journal.

Cette erreur a soulevé une vague de commentaires ironiques sur les réseaux sociaux allemands, les internautes rappelant dans ce contexte qu’Annalena Baerbock avait fait des études au Royaume-Uni.

Dialogue de la diplomatie allemande avec l’Afrique

Ce n’est pas la première fois que le ministère allemand des Affaires étrangères fait une bourde dans la communication avec ses partenaires africains. En janvier, il a publié sur Twitter un message qui tentait de ridiculiser la visite du chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, en Afrique: « Le ministre russe des Affaires étrangères se trouve en Afrique non pour voir un léopard [avec un émoji en lieu et place du mot], mais pour déclarer que les partenaires de l’Ukraine veulent anéantir tout ce qui est russe. » Dans le cadre de sa tournée en Afrique, Sergueï Lavrov avait alors déjà visité l’Afrique du Sud, l’Eswatini et l’Angola.

Ebba Kalondo, porte-parole du président de la Commission de l’Union africaine, s’est alors demandé si pour l’Allemagne « le continent africain, ses habitants et sa faune n’étaient qu’une plaisanterie ». « Votre patronne Baerbock s’est rendue au siège de l’Union africaine qui se trouve dans l’un des 20 pays d’Afrique avec lesquels l’Allemagne entretient des relations diplomatiques étroites. Est-elle également venue voir des animaux? », s’est-elle interrogée.

Le ministère allemand des Affaires étrangères a présenté ses excuses à ses partenaires africains, les assurant que le message « n’était en aucun cas une insulte ».

Voir toutes les publications
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *