mai 25, 2024

L'inventeur de l'imprimerie

A droite, le prote tourne la manivelle afin que la presse se pose lourdement sur la forme imprimante qui porte une feuille. A gauche dos tourné, le typographe sélectionne les caractères logés par ordre alphabétique dans des « cassetins », le tout dans une caisse en bois appelée la « casse ».

A droite, le prote tourne la manivelle afin que la presse se pose lourdement sur la forme imprimante qui porte une feuille. A gauche dos tourné, le typographe sélectionne les caractères logés par ordre alphabétique dans des « cassetins », le tout dans une caisse en bois appelée la « casse ». C’est cela le génie reconnu à Gutenberg pour lui attribuer la paternité de l’imprimerie dans le monde occidental.

Le 18 septembre 2017, nous visitons les Grottes de Mogao près de Dunhuang, dans province chi- noise de Gansu. Au pied des montagnes de sable de Gobi, notre guide explique le phénomène de la grotte 14 : « Ici, fut imprimée la première feuille de papier, sortie d’une machine inventée par un savant chinois. Cela se passa en l’an 728 de notre ère. Un visiteur britannique « acheta » cette machine. Elle est actuellement exposée au « Science Museum » proche de Londres… ».

C’est 9 siècles plus tard que les Occidentaux, par l’Allemand Johannes Genfleich, connu sous le sobriquet de Gutenberg, va mettre sur pied un système de duplication avec des caractères alignés en relief sur une forme imprimante. C’est la naissance de typographie. La typographie est la juxtaposition de plusieurs techniques : la fabrication des caractères mobiles, la conservation de ces caractères dans une « casse », la constitution des lignes par le placement des caractères à l’envers, l’action de presser ces caractères sur la forme imprimante et la sortie d’une page de lecture. C’est génial !

C’est cela qui a nommé imprimerie. Elle va remplacer les pratiques et les textes médiévaux sortis des ateliers des moines copistes. Parce que l’imprimé va devenir relativement abondant, il engendrera des effets psychologiques et sociaux qui modifieront soudainement nos habitudes, réduiront les frontières et rendront la culture universelle. L’imprimé a créé un monde moderne ouvert sur la technologie avancée, avec le transport rapide de l’information, grâce à l’électricité.

Ce monde nouveau, Marshall Mc Luhan l’avait vu venir. En 1954, en publiant « Galaxie Gutenberg », il annonce la « mort » de la typographie et celle du papier, puis leur remplacement par les inventions de Marconi et Edison.

« Galaxie Gutenberg » traduit en français en 1967, sema la peur dans les esprits à l’idée que le papier et l’imprimerie pourraient disparaître un jour. En sommes-nous si éloignés ?

         

Voir toutes les publications
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *